Ascension

On peut réaliser de très belles peintures et icônes de l’Ascension dans lesquelles les apôtres sont représentés en bas et Jésus en haut. Mais la question est de savoir si l'on doit interpréter l'ascension de Jésus de cette manière, comme s'il avait été lancé dans les airs comme un missile.
Le premier homme dans l'espace, le Russe Youri Gagarine, aurait dit le 12 avril 1961, lors de son voyage dans l'espace : il n'y a pas de Dieu. Depuis lors, des affiches ont été fabriquées en Russie pour que les ménagères puissent jeter bibles et icônes à la poubelle en toute tranquillité.
 
La première question est : que signifie réellement l'Ascension ?
L'Ascension concerne Jésus qui est emporté dans le sein du Père. De là, il est allé sur terre pour naître et maintenant il y retourne. Pour cela, on utilise parfois les mots latins exitus-reditus.

exitus : toutes les choses procèdent de Dieu
reditus : toutes les choses retournent à Dieu.

Cela ne se réfère pas seulement au Christ, mais à l'ensemble de la création : ce qui commence dans l'unité, et se manifeste maintenant dans la diversité, retournera finalement à l'unité. Ainsi, toutes les choses désirent Dieu comme fin.
 
Une deuxième question est : où Jésus est-il allé ? En d'autres termes : où Dieu vit-il ? La réponse donnée dans le « Notre Père » est : au ciel. Mais où est-il ?
Il est important ici de se rendre compte de ce que les deux anges disent aux disciples après l’Ascension :

pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? (Acts 1,11)

Comme si on pouvait rencontrer Dieu en levant les yeux. L'évêque Augustin a commenté la première ligne du Notre Père, qui se lit comme suit :

Notre Père, qui est aux cieux.

Il se demande pourquoi le mot « cieux » est au pluriel ici, et sur ce point il dit : par cieux on désigne tous les hommes.
En d'autres termes : Augustin dit en fait que si vous voulez voir Dieu, vous devez regarder les hommes. Il prend donc très au sérieux le fait que chaque être humain est créé à l'image de Dieu.
Jésus dit la même chose avec d'autres mots encore :

quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. (Mt. 18,20)

Cette déclaration s'applique également après l'ascension de Jésus. Jésus est là où les gens sont réunis en son nom. C'est pourquoi nous devons regarder les gens pour rencontrer Jésus.

Conflits dans l'Église

Les disciples sont venus à l'église de Jérusalem avec une question qui les divisait : les chrétiens devaient-ils être circoncis ou non ? Les apôtres et les anciens se sont alors réunis pour discuter de la question. (Acte 15)
Dans la réponse finale, il y a quelques phrases remarquables :
 
- Nous avons pris la décision, à l’unanimité (Act 15,25)
Dans une démocratie, nous sommes habitués à ce que la majorité décide et dans une dictature à ce qu'une seule personne décide. Mais ici, il se passe autre chose : peut-on donner une réponse à une question controversée sur laquelle tout le monde peut s'accorder ? Dans la plupart des conciles, toutes sortes de groupes aux opinions différentes sont condamnés et un "anathème" est prononcé à leur sujet. Lors du premier concile, chacun était libre d'exprimer son opinion, puis de parvenir à une conclusion commune.
 
- L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé (Act 15,28)
Cette phrase explique comment il est possible d'arriver à cette unanimité, à savoir si chacun est guidé par l'Esprit Saint. Chacun doit exprimer ses propres idées et écouter celles des autres. Vient ensuite l'écoute de l'Esprit Saint, de la sagesse qui vient de Dieu.
 
- de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent (Act 15,28)
Jésus dit à un moment aux docteurs de la loi :

vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. (Lc. 11,46)

Jésus signale ici un grand danger, à savoir que la foi devient une grande collection de règles qu'il faut être suivre à la lettre, tandis que la véritable base est une relation personnelle avec Dieu.
 
Que ces trois phrases puissent nous aider dans notre relation avec notre prochain lorsque des problèmes surviennent dans l'Église.

Être convaincu

Les Juifs demandent à Jésus de dire clairement s'il est oui ou non le Messie, le Christ. (Jn. 10,24)
Et ensuite ? Si Jésus dit « oui », seront-ils convaincus ?
Elle est similaire à la parabole de Jésus sur le riche et le pauvre Lazare. L'homme riche y dit que ses frères seraient convaincus si quelqu'un ressuscitait des morts. Jésus en doute.
Quand sommes-nous convaincus de quelque chose ?
Quand sommes-nous convaincus que Dieu existe ?
Quand sommes-nous convaincus que Jésus est le Christ ?
 
Il s'agit souvent d'un processus de flux et de reflux : à un moment donné, nous sommes totalement convaincus de quelque chose et l'instant d'après, cette conviction peut avoir totalement disparu.
Cela s'applique non seulement à la foi, mais aussi à l'amour. À un moment donné, on est totalement convaincu de son amour pour une personne. Mais si quelque chose de désagréable se produit à un moment donné, on peut rapidement oublier tous les moments d'amour qui ont précédé.
Dans notre vie, un seul moment intense de foi ou d'amour devrait suffire pour toute la vie.
Dans le film japonais « After Life », chaque personne décédée doit choisir un seul moment joyeux de sa vie pour entrer dans l'éternité avec ce seul souvenir.