Des nombreuses demeures

Pendant une messe funéraire on lit régulièrement l'évangile qui déclare :

Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures (Jn. 14,2)


L'idée est que pour chaque personne décédée, il y a une chambre chez Dieu, une chambre préparée par Jésus lui-même. C'est une pensée magnifique et réconfortante. Et je ne veux pas enlever ça à qui que ce soit.
Mais la question est de savoir si nous ne prenons pas ce texte trop à la lettre. Parce que si nous comprenons le texte de cette façon, le paradis semble être une affaire d'individualisme. Tout le monde vit à l'écart les uns des autres.
Cela va à l'encontre de ce que cela signifie ici sur terre d' « être l'église ensemble », et cela contredit ce que représente l'Eucharistie. Dans les deux cas - le corps réel du Christ et le corps mystique du Christ - il s'agit de la communion avec le Seigneur ressuscité et avec les autres. Et cette union sera perfectionnée au ciel.
En d'autres termes : dans l'église, nous sommes invités à vivre l'unité du ciel dès maintenant.