June 2022

Une brise légère

En théologie, des mots sont utilisés pour désigner Dieu, tels qu’omnipotent, omniscient, omniprésent.
Comment ces termes sont-ils souvent compris ? On pense souvent que ces mots signifient que Dieu connaît exactement toutes les souffrances que je vis et qu'il est capable de les changer immédiatement. Et si ces changements ne sont pas effectués, alors la foi en Dieu est étouffée par toutes les difficultés et le danger est qu'il ne reste pas grand-chose de cette foi. Du moins, de la foi en cette image de Dieu.
Lorsque les gens associent Dieu à un ouragan, un tremblement de terre ou un feu, cela signifie en fait qu'ils soulignent que Dieu peut accomplir des signes étonnants, tels que la création, la traversée de la mer Rouge ou la résurrection. L'omnipotence de Dieu est souvent comprise de cette manière.
 
Le prophète Élie a une rencontre avec Dieu :

À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ;  et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d’une brise légère. (1 Rois 19,11-12)

Le prophète Élie sait que Dieu se trouve dans la brise légère, ce qui contraste avec les nombreux actes de violence.
Pourquoi le prophète Élie est-il allé sur la montagne ? Il était le seul prophète restant d'Israël et il venait de tuer tous les prophètes de Baal (1 Rois 18). Il a fait cela par foi, mais maintenant il se rend compte qu'avec ces meurtres il n'est pas meilleur que tous les autres (1 Rois 19,4). Il a associé Dieu à un ouragan et au feu et a donc utilisé ces éléments pour détruire les adversaires de Dieu. C'est ainsi qu'il comprenait Dieu.
 
Mais dans le texte l'accent est mis sur cette brise légère. Cela signifie-t-il que l'omnipotence de Dieu est passée ?
Le théologien Thomas d'Aquin a commenté l'omnipotence de Dieu. Il a dit qu'elle ne devait pas être comprise dans des actions spectaculaires, mais dans le pardon. Dieu n'a pas besoin de pardonner les péchés des gens et pourtant il le fait. Ce faisant, il montre qu'il est tout-puissant.
Cela arrive aussi au prophète Élie. Il se sent aussi pécheur que tous les autres et c'est pourquoi il a une rencontre avec Dieu dans une brise légère. Il fait l'expérience du pardon et reçoit une mission.
Puissions-nous, nous aussi, rencontrer Dieu de cette façon ; dans une brise légère, dans le pardon.

Unité

Lors de la dernière Cène, Jésus prie pour l'unité en disant :

Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous (Jn. 17,21)

Par là, il donne aux apôtres un commandement et un modèle. Ce faisant, il précise ce qu'il entend par le mot « unité" ».
On utilise souvent comme synonyme le mot : uniformité, égalité.
Mais si vous regardez la Trinité, alors il n'y a pas d'uniformité. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ont tous des tâches différentes. Le Père n'est pas égal au Fils et le Fils n'est pas égal au Père. Mais ils partagent la même base et c'est pourquoi le Credo dit à propos du Fils : consubstantiel au Père.
L'évêque Augustin parle de l'Esprit Saint comme de l'amour entre le Père et le Fils.
La base du mot unité est donc l'amour.
L'amour laisse l'autre être qui il est. L'autre ne doit pas devenir un clone de moi, mais doit devenir lui-même. Sans amour, il ne peut y avoir d'unité.
Je ne sais pas s'il y a des querelles au sein de la Trinité. Nous les avons en abondance.
Mais l'amour peut les surmonter, afin que l'unité puisse naître.