L’unité des chrétiens

Dans l'Église, toutes sortes de périodes de fêtes sont organisées.
Pensez, par exemple, à l'année Joseph qui vient de s'achever, ou à l'année sainte qui commencera en 2025.
Et dans la liturgie, toutes sortes de semaines spéciales sont organisées. Pensez à la semaine qui précède Noël et à celle qui suit, à la semaine qui précède Pâques et à celle qui suit. Ici, le Christ est toujours au centre glorieux. Tout est centré sur sa naissance et sa résurrection.

Il y a aussi la semaine de prière pour l'unité des chrétiens. En fait, ce n'est pas une semaine glorieuse, mais une semaine plus humble. Une semaine au cours de laquelle nous reconnaissons que ce n'est pas le Christ qui était au centre de l'église, mais nous-mêmes. Une semaine au cours de laquelle nous reconnaissons que nous avons condamné, exilé ou tué les chrétiens qui interprétaient et vivaient la foi différemment. Pensez par exemple aux cathares ou aux huguenots en France.

Au cours de la dernière cène, Jésus a dit :

Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. (Jn. 17,21)

Souvent nous avons interprété cette unité comme signifiant que l'autre doit penser comme moi. Mais nous oublions alors que Jésus avait dit qu'il voyait cette unité entre les chrétiens comme un reflet de l'unité qui existe au sein de la Trinité.
Le texte du discours de Jésus lors de la dernière cène, qui contient le texte sur cette unité, est une prière de Jésus au Père. Il ne s'agit donc pas de ce que les gens doivent faire, mais de ce que le Père a déjà fait. Il s'agit d'une réalité qui a déjà été réalisée. Tout chrétien baptisé a déjà été incorporé dans la famille de Dieu en tant qu'enfant de Dieu et fait donc partie du Royaume de Dieu.

L'homme est créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, donc nous portons déjà en nous l'image de l'unité. L'évêque Basile le Grand a dit à ce sujet :

Nous possédons son image par la création, la ressemblance avec Lui, nous l'obtenons par notre propre choix. Par le premier ordre, il nous est donné de naître à l'image de Dieu ; de notre propre volonté, nous formons notre existence à la ressemblance de Dieu.

Il nous invite donc à transformer cette image de Dieu en nous en action. Alors comment puis-je essayer d'être un reflet de Dieu ? Dans ce cas : de l'unité qui est en Dieu.

En étant totalement ouvert à l'autre. En essayant de comprendre l'autre. En mettant tout d'abord de côté vos propres idées et opinions et en étant libre d'écouter. En dépassant les préjugés. En me laissant enrichir par la richesse de l'autre qui me fait réfléchir. Qui me montre une perspective différente.

Une invitation. Non seulement en cette semaine de prière pour l'unité des chrétiens, mais pour toute forme de coopération et de vie commune.