December 2022

Dieu est visible

L'histoire du salut commence par la création, un événement au cours duquel Dieu a commencé à se montrer extérieur. Car notre Dieu n'est pas un Dieu enfermé en lui-même, mais un Dieu qui déborde. Un Dieu qui est visible et qui se laisse rencontrer.
 
- C'est pourquoi il est visible dans la création, par exemple dans la brise légère avec le prophète Élie (1Kon. 19.12). Et dans le livre de la Sagesse il est dit :

à travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur. (Sag. 13,5)

- Dieu est également visible dans les êtres humains, car ceux-ci sont créés à son image et à sa ressemblance. Ainsi, une rencontre avec un autre être humain peut aussi devenir une rencontre avec Dieu.
- Et Dieu est particulièrement visible en Jésus-Christ, son Verbe incarné, l'icône de Dieu.
 
Ainsi, il existe de nombreuses façons de rencontrer Dieu, mais elles ne sont pas toutes égales. C'est par Jésus-Christ que l'on connaît Dieu en vérité. Parce que dans la rencontre avec Jésus, il se passe quelque chose qui n'est pas possible par les autres moyens, à savoir :

à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, (Jn. 1,12)

C'est pourquoi nous disons qu'au baptême, une personne devient un « enfant de Dieu ».
Une vraie rencontre nécessite de s'ouvrir à l'autre. Ce n'est qu'alors que quelque chose peut se produire dans cette rencontre, et il y a plusieurs histoires à ce sujet dans le Nouveau Testament. Pensez, par exemple, à la rencontre de Jésus et de Pierre dans la barque, à la rencontre de Marie-Madeleine devant le tombeau ou à la rencontre de Paul sur le chemin de Damas. Tous ces événements ont façonné la vie des gens, qui s'est poursuivie dès lors de façon différente.
La vocation de tout être humain est de devenir un enfant de Dieu. Mieux dit, la vocation ultime est que nous devenions égaux à Dieu. Non par nos propres forces, mais par le Christ.

Prophète

Les prophètes voient des choses dans le futur qui ne sont pas visibles maintenant.
Par exemple, il y a des prophètes de malheur. Ils préviennent les gens des catastrophes à venir. Les gens pensent que tout va bien maintenant et qu'ils ne s'inquiètent de rien. Les prophètes essaient de réveiller les gens.
Pensez au réchauffement de la planète et à la montée du niveau des mers. Les gouvernements, se rendent-ils vraiment compte de la nécessité de changer les choses rapidement ? Ou bien ils essaient de le nier et de laisser les choses suivre leur cours.
 
Isaïe est un autre type de prophète. Lui aussi décrit une vision. Il regarde autour de lui et voit de la terre séchée partout. Mais il voit aussi autre chose : il voit ce qu'elle deviendra : la terre sera couverte de fleurs (Is. 35,1-2a). Sa tâche est de donner du courage aux gens, et non de laisser le désespoir dominer. Les choses vont changer pour le mieux.
Le message d'un prophète de malheur est quelque chose que nous ne voulons pas croire et le message d'Isaïe est quelque chose que nous ne pouvons pas croire.
 
Martin Luther King a prononcé le célèbre discours « I have a dream » en 1963, dans lequel il a notamment déclaré :

J'ai fait un rêve, qu'un jour, sur les collines de terre rouge de la Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

 

Une vision appelle les gens à l'action. La vision n'est pas une attente passive pour que quelque chose se produise d'elle-même.
Quand Isaïe parle d'une terre desséchée, nous sommes invités à puiser de l'eau et à semer.
Lorsque Martin Luther King parle de liberté et d'égalité, nous sommes invités à mettre ces mots en pratique dans nos vies.

Entrer dans le Royaume des Cieux

Jésus dit à ses disciples :

« Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. (Mt. 7,21)


Cette seule phrase combine quatre éléments.
- Premièrement, la chose la plus importante en ce qui concerne la foi n'est pas de parler de la foi, ni même d'invoquer Jésus comme Seigneur.
- Le second est ce dont il s'agit alors : que nous mettions en pratique les paroles de Jésus.
- Le troisième élément est qu'en agissant ainsi, nous faisons la volonté du Père. Nous pouvons tous travailler dans l'église et nous pouvons travailler très dur, mais cela ne sert à rien si ce n'est pas la volonté du père. Il ne s'agit pas de réaliser mes propres idées par moi-même, aussi bonnes soient-elles. Nous sommes invités à écouter d'abord, et seulement ensuite à agir.
- Et le quatrième élément est que tout se situe dans le contexte du royaume des cieux. Et puis il ne s'agit pas de la vie après la mort, mais du royaume des cieux ici sur terre. Pour que nous puissions rendre visible Dieu et son message de libération et de guérison, même aujourd'hui.
 
Cette seule phrase contient donc un programme pour toute notre vie.