December 2021

Catastrophes

Jésus a régulièrement parlé de toutes sortes de catastrophes à la fin des temps. Et quelle est mon attitude face à toutes ces catastrophes ?

Nous pouvons adopter une attitude indifférente, du genre : ce n'est pas ma faute et je ne peux rien y faire. Ils devront se débrouiller seuls. Mais le pape a écrit l'encyclique Fratelli tutti sur la fraternité universelle, et dans les premières lignes, il dit :

... saint François d’Assise, ... invite à un amour qui surmonte les barrières de la géographie et de l’espace. Il déclare heureux celui qui aime l’autre « autant lorsqu’il serait loin de lui comme quand il serait avec lui ». ... il exprime l’essentiel d’une fraternité ouverte qui permet de reconnaître, de valoriser et d’aimer chaque personne indépendamment de la proximité physique, peu importe où elle est née ou habite. (Fratelli tutti 1)


Nous pouvons aussi nous mettre en colère et essayer de changer quelque chose, ce qui implique souvent la violence. Mais cela maintient la spirale de la négativité, car la violence engendre toujours la violence. Lorsque Jésus est capturé, et qu'un de ses disciples saisit une épée, Jésus dit :

Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. (Mt 26, 52)


Une autre attitude peut être que nous avons peur à cause de tout ce qui se passe dans le monde. Et que nous pouvons être paralysés par elle. Nous préférons rencontrer le Christ ressuscité dans nos vies, mais ce sera souvent le Christ crucifié. Il se cache derrière la peur, l'incompréhension, la maladie, le malheur, la déception, ... Mais à travers les difficultés, une rencontre avec Jésus est possible. Jésus dit :

Redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. (Lc. 21,28)


Et nous arrivons ainsi à une autre attitude : la joie. Une joie qui vient de notre union avec le Christ. Autour de nous, le monde peut être en agitation. Mais le Christ nous donne sa joie, et à partir de cela, nous pouvons vivre notre responsabilité envers le monde. Pour que le royaume de Dieu prenne de plus en plus forme parmi nous.

Vocation

Les frères Pierre et André travaillent dans la mer de Galilée comme pêcheurs (Mt. 4,18). Et soudain, un inconnu passe et dit « viens ». Immédiatement, ils laissent tout tomber de leurs mains et le suivent. On ne sait pas si la femme de Pierre était encore en vie à ce moment-là.
Pourquoi suivent-ils cet homme ?
Étaient-ils malheureux dans leur travail et dans leur mariage et ont-ils vu là une occasion de s'échapper ?

Si Jésus venait à nous maintenant alors que nous sommes au travail, quelle serait notre attitude ? Demandons-nous d'abord : quelle est la description du travail, quelles sont les perspectives d'emploi, quel est le salaire et quels sont les avantages en nature ?

Qu'est-ce qui a touché ces deux frères ?
C'est cela le secret de Jésus : quand il parle, les gens sont immédiatement touchés au plus profond de leur âme. Il en est ainsi depuis des siècles et nous connaissons aussi des histoires au sein de notre congrégation de personnes qui ont été soudainement et totalement touchées.
Mais est-ce encore vrai pour nous ?